Le blog AppCraft

Les outils et conseils de notre équipe

Un indice de durabilité des applications mobiles ? Quelle drôle d’idée

16 janvier 2020 Sacha Castany

Dans un article daté du 12 décembre, Maddyness se faisait l’écho d’initiatives de start-up en phase avec la création d’un indice de durabilité et de réparabilité des objets vendus dans le commerce.

Les critères retenus ? Le taux de panne, la disponibilité des pièces détachées, l’évaluation de consommateurs et d’experts…

Dans le cadre de notre démarche pour une organisation événementielle la plus éco-responsable possible, nous ne pouvions rester insensible à ces annonces et voulions nous inscrire nous aussi dans cette initiative.

En effet, les objets sont la face visible de l’iceberg, nous prenons de plus en plus conscience de l’importance de les recycler et de leur donner une seconde vie et c’est très bien ainsi, mais quid de la data ?

Existe t-il de la data réutilisable ? Des applications mobiles de seconde main ? Du recyclage de code ? Idée farfelue nous direz-vous ? Et bien pas tant que ça… On vous explique tout :

I – Faire la chasse au code agglutiné

Le code “agglutiné” ou architecture monolithique est encore aujourd’hui le modèle dominant de conception d’applications mobiles à travers le monde.

C’est une méthode qui a pour caractéristique principale de coder un programme en un seul bloc autonome. Comme pour un objet, cela a de lourdes conséquences sur la durabilité d’une application !

chris-ried-ieic5Tq8YMk-unsplash

En effet, pour mettre à jour un composant du programme, il est nécessaire de réécrire l’ensemble de l’application… Débauche de temps, débauche d’énergie, lignes de codes à rallonge, l’effort humain, technique et financier n’est pas négligeable.

L’architecture que nous prônons pour une app durable est quant à elle une architecture dite de “micro-service”, que nous avons personnellement choisis pour notre plateforme.

C’est une méthode de développement plus facile à implémenter, plus agile et plus durable 🙂

Les différents modules codés via cette méthode sont indépendants les uns des autres et peuvent être donc mis à jour sans devoir revoir l’ensemble de la structure. C’est un gain de temps pour les développeurs, d’énergie et de lignes de codes ! Le cocktail gagnant pour tendre vers une app durable et réutilisable.

II – L’alternative à l’application éphémère : La PAAS

La PaaS ou Platform as a Service permet à une entreprise d’utiliser une solution unique pour le monitoring de l’ensemble de ses applications internes. Plus besoin d’utiliser 4 logiciels de gestion différents pour passer d’une solution RH à une solution événementielle ou à un logiciel de formation par exemple.

Mutualiser ses outils digitaux permet ainsi de gagner en durabilité. En effet, un élément codé une fois peut être réutilisé pour l’ensemble des solutions digitales du groupe. Ainsi, l’énergie allouée à la programmation, à l’hébergement des données, à la mise à jour des contenus ou bien à la R&D sont mutualisés pour une durabilité et une réparabilité renforcées.

24
Enfin, la PaaS va à l’encontre des idées reçues et a un avantage concret pour les entreprises : il permet d’allier durabilité et rentabilité.

En effet, elle permet de réduire les temps de développement tout en renforçant l’agilité des équipes informatiques : que du bonus !

Un exemple concret de cette durabilité accrue pour les applications mobiles chez AppCraft ? La possibilité pour nos clients de conserver le travail préalablement réalisé d’un événement sur l’autre ; Des plateformes mutualisant des modules pour l’événementiel, pour les voyages d’affaires, pour la formation ainsi que pour l’animation commerciale de business unit; Une architecture de micro-service qui permet de faciliter et de réduire les coûts des ajustements à la marge d’un projet sur l’autre 🙂

III- Le choix de votre Data Center : un élément clé pour une démarche durable

La durabilité d’une application se mesure vis à vis de sa conception… mais aussi de son stockage. Il est donc essentiel de penser le problème globalement et de ne surtout pas négliger le choix d’un Data Center.

Un ensemble de critères simples permet en ce sens d’être vigilant à ce sujet :

Le système de refroidissement utilisé : Climatisations énergivores, ventilateurs en sur régime ou air frais naturel ? Les progrès en la matière sont importants depuis quelques années et certains datacenters utilisent aujourd’hui l’air frais extérieur pour refroidir leurs ordinateurs. Ils en profitent également pour réutiliser la chaleur générée par ces centres en vue d’une utilisation à des fins domestiques.

La géographie du lieu : Pour résumer, moins c’est loin, mieux c’est ! Choisir un data center dans le pays ou la région de localisation de votre entreprise vous permet de gagner en fiabilité et en rapidité d’accès à l’information.

La maintenance : Enfin, renseignez-vous à propos de la maintenance du Data Center de votre choix. En effet, privilégier un opérateur qui effectue lui-même la maintenance de son site, c’est s’assurer d’un contrôle qualité plus durable et fiable que si cette tâche était sous-traitée.